Introduction


Bienvenue sur le blog APPRENDRE.
Anne Perrot professeur de FLE   Thierry Perrot professeur de FLE

Nous sommes enseignants de FLE et nous voulons dédier cet espace à l'apprentissage du français. Nous vous proposons ici des fiches que nous avons élaborées pour nous aider en classe. Nous espérons que cela vous servira également. Vous pouvez aussi utiliser les images pour vos cours, ce sont mes dessins. Il est bien entendu impossible d'utiliser ce matériel pour un usage commercial.
N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques perrot.thierry@free.fràfreenti_bug_fck 
Nous sommes enseignants au CIEL école de français
Vendredi 4 janvier 5 04 /01 /Jan 14:26

Une aventure de l'inspecteur Magret


Niveau : B2 - C1
Thème : expressions idiomatiques par thème
Matériel : texte et lexique
Connaître les significations des expressions

polar.gif  

Chapitre 1 (expressions avec le corps)

 

Ce matin-là, je n’avais pas les yeux en face des trous. Je m’étais levé du pied gauche.

Tout a commencé le vendredi 11 septembre 1997 où Thierry, un homme qui a la tête sur les épaules, m’avait demandé de suivre Juliette, sa femme. Encore une affaire louche ! Je n'étais pas d’accord. Cette femme est trop belle pour lui mais il doit en avoir à gauche. Je n’aime pas mettre mon nez dans les affaires des autres mais cet homme a les yeux plus gros que le ventre en ce qui concerne les filles. Alors, je lui ai dit : 

« Ca va te coûter les yeux de la tête, mon pote, je te préviens tout de suite. »

Cet imbécile m’a répondu qu’il avait les moyens, en me faisant croire que la moutarde lui montait au nez.

Une simple affaire de mœurs, pour un détective comme moi, Gaspard Magret !

Appareil photo en bandoulière, je commence ma filature. Voici Juliette, au volant de sa Ferrari, qui démarre sur les chapeaux de roues. Comment, à bord d’une telle voiture, ne pas avoir la grosse tête ! Evidemment, Thierry est laid comme un pou mais il est riche comme Crésus. Cette histoire me laisse froid mais je suis Juliette, malgré tout, en professionnel. Tout cela est trop facile, même si je connais Paris comme ma poche, elle peut m’échapper à n’importe quel moment. Mais non, elle freine. Et comme pour me montrer qu'elle a le bras long, elle s’arrête devant le consulat de France.

Chapitre 2 (expressions avec la nourriture)

Vous me connaissez, je suis une tête de lard : je décide de la suivre mais je marche quand même sur des œufs. Bien évidemment, le gorille, à l’entrée, me bouscule : 

« Où c’est qu’tu vas, toi ? Kess tu veux ? Et pis quoi encore ?», me dit-il en bon français.

Je l'embobine en lui disant que le consul m’a posé un lapin mais il ne veut rien entendre. L'asperge me fait poireauter un bon moment. Alors, je lui graisse la patte et il me laisse enfin entrer.

Cette histoire devient de plus en plus obscure. Il me faut comprendre ce que cette fille fait ici. Quand on est carrossée comme elle, rien de plus facile que de rencontrer des hommes. Alors, pourquoi rechercher la compagnie de Charles-Edouard Henri de la Jaquette ? Il est bête à manger du foin. Après tout, je m’en fous. Ras le bol de cette enquête ! Allez, il faut bien mettre du beurre dans les épinards. C’est à ce moment-là qu’il y a eu une explosion et que je suis tombé dans les pommes !

 

Chapitre 3 (expressions avec les animaux)

Face à moi, une femme en blouse blanche me sourit : 

« Allez, ne faites pas l’ours mal léché », dit-elle en me bordant.

Elle pose sa main sur mon front pour vérifier si j’ai de la température : 

« Quelle chance vous avez eu ! Vous vous en tirez seulement avec une fièvre de cheval. »

Il faut que je sorte vite fait bien fait, cette atmosphère ne me convient vraiment pas. Rusé comme un renard, je lui demande de rester seul. Comme j'en ai marre de rester dans cette atmosphère confinée, je me fais la belle. Quelle langue de vipère m'avait dénoncé puisque la police m'attendait en bas ? Cet âne de commissaire Dupont m’attrape par le paletot :

« Alors, Magret, on s’échappe ? »
« Ecoutez, j’ai d’autres chats à fouetter. Je n’ai rien à dire à un poulet. »

Là-dessus, il me laisse partir. Je sais bien qu’il va essayer de me suivre mais il va être déçu : je sens le bouc et je rêve d’une douche alors je rentre à la maison!

Arrivé devant chez moi, je m’aperçois que la porte est entrouverte. Prudemment, je pénètre dans l’appartement. Cette femme, que j’avais suivie toute la journée, était devant moi. Elle m’attendait visiblement. J’allais lui demander des explications quand elle m’a dit :

« ………….

A vous d’imaginer la suite !

Par Famille Perrot - Publié dans : Fiches lexique
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Bonjour! très joli blog, merci de partager, c'est toujours agréable de sentir cet esprit communauté! je n'ai pas encore pris le temps de me jeter dans le contenu, mais une petite coquille m'a fait tilter, si je ne me trompe: cette femme que j'avais suivie, avec un -e, à la toute fin de la dernière fiche! merci!
Commentaire n°1 posté par Marie le 11/01/2008 à 13h17
Bonjour, Très sympa de faire partager vos outils. Merci.Une autre petite coquillette s'est glissée : "Alors MaIgret, on s'échappe?". Alors qu'il s'agit bien sûr de l'inspecteur MAGRET.
Commentaire n°2 posté par Marianne le 11/01/2008 à 14h48
je trouve moi qui est 10 ans que c'est un beau travail et que si ma ùaitresse me donne ces travaille je serais heureuse merci je donnerais le site a ma maitresse .merci
Commentaire n°3 posté par justine 10 ans le 12/01/2008 à 18h30
merci, j'adore votre travail... que veut dire l'expression "il doit en avoir à gauche"?... Je ne l'ai jamais entendue, ni mes amis, ni personne... pas trouvée sur le net non plus...
Commentaire n°4 posté par karine le 10/05/2010 à 23h58

Présentation

  • : Nous vous proposons des fiches pédagogiques pour enseigner le français langue étrangère (FLE). Vous trouverez également des images pour vos cours de français.

Syndication

  • Flux RSS des articles

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés